Mot de passe perdu ?/ Nouveau membre ?
 
Mobile 06 76 50 18 04
 
Contacter ce membre

Biographie

Né en 1959 à SAINT CLOUD (Haute Seine). Aquitain et Bordelais depuis 1979, pour ses études universitaires. Pratique les arts plastiques et de la musique depuis son enfance.
L'itinérance créative est sa motivation. Simultanément un itinéraire, comme un chemin tracé, choisi par avance et une errance induite par une recherche du hasard. Il aime raconter des histoires, faire partager des états, des atmosphères en utilisant la technique de la gravure et plus particulièrement la collagraphie.
"La collagraphie me permet d’aller plus loin dans ma créativité en explorant tout le travail du relief, de la couleur, et des matières associés aux différentes techniques d'impression. C’est un cheminement exploratoire qui m’amène à rechercher, à découvrir et à apprivoiser la plaque collagraphique, avec ce temps d’attente sur le rendu final, l'estampe, propice à la réflexion-création.
Lors de la présentation de mon travail, ma volonté est de proposer un univers mêlant écriture, graphisme et environnement sonore afin de mieux partager mon intention artistique."

Description de l'activité

Mon parcours artistique part de l'écriture.

Les tisserands de l'eau

"Les tisserands de l’eau, lors de la saison des récoltes odorantes, tissaient un paysage lacustre fait de rizières et de vergers le long du delta du fleuve UT. Mais lorsque venait le temps des pluies diluviennes et des grandes marées, la contrée disparaissait sous les eaux mélangées et commençait alors la transhumance du peuple du delta vers les cathédrales de bambou.
C’était la saison des âmes errantes."
La lente montée des eaux. Année après année l’eau gagnait sur les terres du delta. Perpétuel recommencement, les digues ne tenaient que le temps de la saison des récoltes odorantes. Année après année, les grandes marées et les pluies diluviennes érodaient un peu plus les terres, laissant vergers et rizières engloutis à jamais dans les délaissés d’eaux mêlées.
L’histoire qui s’en dégage est la lutte des hommes contre la montée des eaux, leur adaptation et la fragilité de leur vie face à l’éternel recommencement. Parce qu’ils vivent en ce lieu, ils ne peuvent que reconstruire ce qui a été détruit, en sachant que cela ne sera qu’éphémère.

IDOLINE

Cartographies et traces collagraphiques entre l’infiniment grand et l’infiniment petit d’un monde imaginaire dans le regard de l’autre. Travaux collagraphiques, vidéos et montages sonores.
"Je ne sais pas si tu t’en souviens mais je t’avais fait part de mes premières nuits d’insomnies. J’avais pensé au départ à un café trop fort un peu tardif ; à un postcast nocturne d’un échange verbal tendu ou encore le synopsis d’un stress en avant première.
Rien de tout cela.
Simplement le silence de la nuit, l’absence de lumière et une présence invisible qui arrivait dans le flux de mes rêves, m’interpellait et me regardait. Des nuits durant j’étais ainsi réveillé par un regard nocturne qui veillait sur mes insomnies.
Peu de temps après notre dernière rencontre; un matin alors que je restais là, sur le seuil de la porte, les yeux baissés sur le parterre de feuilles agglutinées par le vent, à penser à cette présence, mon attention se porta sur un détail, une ombre particulière.
Les paupières un peu lourdes par la dernière veille, je n’ai pas réalisé de suite les traits d’un visage.
Au bout d’un moment, la fatigue m’enveloppant, le regard de mes nuits apparut sous les feuilles.
Je plongeai alors dans la rétine de l'oeil s'ouvrant sous une feuille…Voilà comment débute mon voyage, mon exploration, mon abime dans le regard d'une autre. Idoline."


Huê
Collagraphie


Liên
Collagraphie


Cathédrale au levée du jour
Taille douce sur tôle rouillée


Transhumance
Collagraphie