Mot de passe perdu ?/ Nouveau membre ?

Date du 13 mai au 25 août 2015

Horaires Tous les jours de 10h30 à 18h (fermé le mardi et les jours fériés), entrée gratuite

Adresse Musée Roybet Fould
Parc de Bécon
178, boulevard Saint-Denis
92400 Courbevoie


Téléphone 01 71 05 77 92


Voir le site de l'événement

Jules Chéret et l'âge de l'imprimé

 

Le musée Roybet Fould à Courbevoie présente l'exposition "Jules Chéret et l'âge de l'imprimé. L'image dans tous ses états" du 13 mai au 24 août. Cette exposition rend ainsi hommage à l’œuvre graphique de Jules Chéret (1836-1932) à travers une collection de petites estampes dont beaucoup sont inédites car elles proviennent d’une collection privée, elle-même issue d’un des principaux mécènes de l’artiste. Chromos, couvertures de roman, titres de musique, invitations, faire-part de naissance, menus, cartes postales, programmes de spectacle… soulignent les temps forts de l’ascension artistique de Chéret. Le musée Roybet Fould a bénéficié du concours et des prêts de la Bibliothèque Forney, à Paris, Les Silos, maison du livre et de l’affiche à Chaumont (Haute-Marne), et de l’institut national de la propriété industrielle à Courbevoie. Certaines pièces sont rares et inédites.

Lithographe de formation, Jules Chéret commence sa carrière par la réalisation de prospectus, en-têtes de lettres, petites affiches, faire-part, calendriers… auprès d’imprimeurs et d’annonceurs français et britanniques. Sa rencontre en Angleterre avec le parfumeur Eugène Rimmel est décisive : c’est grâce à ses fonds financiers que le lithographe s’installe à Paris, où il fonde une imprimerie orientée vers la production d'"affiche-tableaux (genre anglais) » (1867). C’est le début d’une activité intense, associée à une visibilité remarquable qui masque ses déboires financiers. Chéret finit par vendre son entreprise à Chaix en 1881 ; il en devient le directeur artistique pour la section affiche jusqu’en 1895. Entre-temps, il a commencé son ascension artistique et sociale, marquée par une première exposition personnelle en décembre 1889, accompagnée d’un catalogue préfacée par Roger Marx. Le soutien indéfectible du critique s’avère déterminant. Il l’encourage à se diriger vers la décoration, la peinture murale et le mobilier. Ces activités que Chéret déploie conjointement jusqu’en 1922 l’amène à passer les dernières années de son existence à Nice, où il meurt à l’âge de quatre-vingt-seize ans.

 


Exposants

Jules Chéret

 

Jules Chéret et l'âge de l'imprimé. L'image dans tous ses états